Portes ouvertes - Exposition des élèves de l'ateleir l'attrape rêves

Publié le par Pierre-Etienne SOUM

Atelier l’attrape rêves -Galerie Chamanart OUVRE ses portes et EXPOSE ses élèves.

 

 

Journées portes ouvertes du 3 au 6 avril de 14h à 17h30

 

et inauguration de l’expo des élèves le 2 avril à 18h

 

Caroline MILIN, artiste peintre, développe depuis plusieurs années maintenant un vrai travail de médiation culturelle par le biais d’ateliers artistiques en direction des enfants comme des adultes. 

En dehors de son atelier où elle donne des cours et des stages , elle intervient aussi dans les crèches et haltes garderies de Perpignan, ainsi que dans les écoles maternelles et primaires sur des projets divers comme des fresques en mosaïque, des sculptures géantes de papier mâché, la décoration d’un potager en recyclage ou de la peinture abstraite sur toile...

Elle continue aussi ces actions auprès des points jeunes ou centres de loisirs du département sur des semaines artistiques.

Cette plasticienne est dans la création comme dans la transmission , et c’est avec beaucoup de plaisir et de conviction qu’elle partage son savoir faire et son goût pour l’art en général.

De plus en plus, elle met en place des ateliers intergénérationels riches d’expérience.

 

Comme chaque année, elle présente au public le travail des élèves enfants et adultes à la Galerie Chamanart à Perpignan.

 

Les  enfants ont travaillé cette année d’après Gustave Klimt en réalisant des autoportraits grandeur nature, ils ont vu le travail de Calder et son cirque, celui de Seurat, de Klee... ils ont aussi créé des grosses de têtes de carnaval, ainsi que des toiles en techniques mixtes.

Comme l’an dernier ils ont pu découvrir une exposition à la maison de la catalanité à Perpignan, "Visages et masque" et ont pu travailler sur place sur leur carnet à dessin avec du fusain et du brou de noix.

 

Les adultes présenteront des travaux divers plus ou moins aboutis, de différentes techniques : l’aquarelle, l’huile, l’acrylique et dessin et le volume.

Commenter cet article